Compétitivité et solidarité : une loi qui changerait tout !

Vue panoramique de Dijon. Wikimedia commons

Aujourd’hui il semblerait que du fait de la balance commerciale défavorable de la France (nous importons plus que nous n’exportons), améliorer notre compétitivité soit la panacée. De nombreux facteurs influent sur elle, mais il en est un, massif, qui pèse au quotidien sur notre agilité et nos conditions de vie : l’immobilier.

Qu’il s’agisse du logement neuf ou ancien, la France est championne toutes catégories du coût du logement en Europe. Or ce  coût pèse forcément sur le pouvoir d’achat des habitants, et demande des salaires élevés pour garantir à tous un niveau de vie décent.
Comment en est-on arrivé là ?
D’une part, on aimerait croire qu’il y a pénurie de logements neufs. En effet, ces dernières années, le nombre de mètres carrés construits n’a cessé de baisser, et plusieurs années de suite, les objectifs de construction de logements sociaux n’ont pu être atteints. Il y aurait donc pénurie de logements ?
Non si l’on en croit cet article qui pointe un taux de vacance élevé dans certaines régions.
Le vrai problème est l’inadéquation entre l’offre et la demande dans de nombreuses régions. Ainsi, certains pôles extrêmement attractifs comme l’Île-de-France subissent une forte demande du fait des importants foyers d’emplois qui s’y développent. D’autres comme la Bourgogne sont truffées de logements vides, du fait d’un exode d’abord rural puis « provincial » vers des « métropoles ».
Que fait-on pour résoudre cette équation, sur laquelle, par une mécanique complexe, repose notre survie économique ?
Je propose une loi simple : 
Que chaque entreprise soit en mesure de fournir à au moins 2/3 de ses employés un logement conforme à leurs moyens à moins d’1 km de leur lieu de travail, sans quoi elle encourt des pénalités dissuasives.
Cette loi qui responsabilise les acteurs économiques, concourt à réorganiser efficacement et écologiquement nos territoires. Associée à une loi de sanctuarisation des parcelles agricoles, elle incitera les acteurs à trouver des solutions innovantes au logement dans les zones d’activité et à l’installation d’activités dans des quartiers de logements. Elle rendra possible la mixité sociale en obligeant à trouver des solutions pour loger des corps de métiers variés, et encouragera in fine un tassement (vers le bas et vers le haut) de la grille des salaires, forgeant une classe moyenne qu’on croyait oubliée.
Enfin, cette mesure contribuera à modérer le recours aux transports, et partant, l’impact environnemental de ceux-ci.
Cette idée est la preuve s’il en est que compétitivité, mieux-vivre et écologie peuvent faire bon ménage, à partir du moment où l’on sait tisser les liens entre les problématiques.
A vous la parole maintenant !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s