Le train est une ossature, pas un service.

Cela peut paraître un peu rude, asséné sans préliminaires, mais c’est un fait : le train, par sa présence, sa qualité de service ou non, sa régularité, structure les territoires et organise la pression immobilière plus sûrement que n’importe quel centre commercial, musée, ou écoquartier.

Il ne doit donc pas être considéré comme un service à destination des populations déjà présentes, mais comme une ossature des territoires, un outil d’aménagement.

Cette approche donne un tout autre sens à la politique ferroviaire actuelle :

Quand on supprime des TER parce que leur fréquentation a baissé (pas étonnant, car au passage, on a supprimé aussi des arrêts de trains grandes lignes correspondants), est-ce qu’on s’adapte au besoin, ou se fait-on simplement complice d’une désertification rurale ?

Quand on construit des lignes TGV supplémentaires pour réduire encore le temps de trajets vers des villes depuis Paris, participe-t-on au développement desdites villes, ou accélère-t-on juste la transformation de toutes les villes de France en satellites, en parcs d’attraction pour parisiens, ou dortoirs pour ceux qui n’ont trouvé d’emploi qu’à Paris, ville la mieux reliée de France à toutes les autres, tandis que Paris se rêve en « grand Paris » pour les plus aisés, sous une pression immobilière sans répit ?

Et Paris, que devient-elle, entre logements AirBNB et taudis ? Quel propriétaire se fatiguerait à entretenir son bien, alors qu’il suffit de laisser faire l’inflation, et d’encaisser les loyers pendant ce temps ? Jusqu’à ce que l’immeuble s’effondre ?

Qu’est-ce qu’un pays où la liaison Marseille-Toulouse prend au mieux 4h, tandis qu’il faut 1h45 pour rallier Paris à Strasbourg ?

D’autres exemples ? Bordeaux et Nantes sont bientôt à 2h de Paris. Pour aller de Bordeaux à Nantes par contre, comptez 4h16 au minimum.

« La France a rétréci au lavage », dit Guillaume Pépy, président de la SNCF. Vue depuis le petit bout de la lorgnette, sans nul doute. Globalement, elle est juste de plus en plus inégalitaire et fracturée.

Peut-être ne faut-il pas chercher plus loin les causes de nos difficultés économiques ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s